Enfants heureux

Parents, enseignants, nounous : des idées innovantes à soutenir !

Connaissez-vous le crowdfunding ou autrement dit, en français dans le texte, le financement participatif (ou financement “par la foule” si l’on se tient au mot pour mot) ?

Il s’agit de soutenir un projet créatif ou entreprenarial en donnant un peu pour que le projet reçoive beaucoup et puisse se concrétiser.

Plusieurs modalités de financement participatif existent. Je suis ‘cap’ de vous les lister ici mais ce serait trop long pour qui veut parcourir rapidement cet article.

Parmi ces modalités, le financement participatif en “don contre don” consiste à financer un projet en échange d’une contrepartie en nature. Un produit innovant peut être financé ainsi en prévente.

Quatre principales plateformes web (dont deux françaises) permettent, en France, de présenter des projets et de récolter les dons. Et sur ces plateformes, quelques pépites !

Bookinou était à la Une de 8h45.com il y a peu de temps encore. Ce projet de boîtier, qui permet aux enfants d’entendre un livre qu’un adulte a préalablement lu et enregistré, a explosé ses objectifs au regard du montant que ses deux concepteurs souhaitaient atteindre.

Le livre, très original, Rayures et ratures, qui fera l’objet d’un article très prochainement, a également fait une très belle campagne.

D’autres projets, qui s’adressent aux parents, enseignants et nounous, sont en cours de financement. Ils sont nombreux. En voici quatre.

 

[Mise à jour : parmi les 4 projets décrits-ci après, les trois projets français mis en avant dans cet article ont tous réussi leur campagne de financement !]

 

The Moon Project

The Moon ProjectThe Moon Project me touche à titre personnel. Mon tout premier article hors thématique innovation industrielle, concernait les stéréotypes de genre dans l’offre de jouets et dans les catalogues de Noël. Un sujet si vaste que mon article s’est transformé en une série de longs papiers que la rédaction qui m’employait alors avait accepté de publier… Bref.

The Moon project ne s’intéresse pas aux jouets en particulier mais cherche, à travers l’édition de jeux de société revisités, à dépasser ces stéréotypes de genre. L’idée d’Héloïse Pierre, la jeune fondatrice de Topla qui édite ces jeux : faire évoluer les mentalités en montrant…

1/ que les hommes ne sont pas supérieurs aux femmes (avec un jeu de bataille où le roi ne l’emporte pas sur la reine),

2/ que les femmes peuvent accéder à tous les métiers, tout comme les hommes (avec un jeu de memory qui associe une femme et un homme pour chacun des métiers mis en avant),

3/ que les femmes inspirantes sont nombreuses et que les hommes ne sont pas les seuls à avoir valeur d’exemple (avec un jeu de 7 familles composé de femmes qui ont marqué ou marquent encore leur époque).

Pourquoi ce nom, “The Moon Project ? Parce que chacun peut atteindre son rêve. “Je ne demande pas la lune, juste d’être astronaute”, peut-on lire sur l’un des t-shirts qui sera offert aux contributeurs.

Claudie Haigneré (astronaute), Claire Mérouze (pilote de chasse), Marinette Pichon (footballeuse) et Thierry Marx (chef étoilé) soutiennent le projet.

Il suffit de se rendre sur la plateforme Ulule pour contribuer. 5 euros suffisent pour aider Topla à décrocher la lune. Pour 38 euros, il est possible de pré-commander le pack de trois jeux.

 

Les kits art & culture de Little io

Kits Little ioLittle io : ce nom vous dit peut-être quelque chose. Le livre L’art raconte Ulysse, à la Une de 8h45.com il n’y a pas si longtemps, a été écrit par Joséphine Barbereau, fondatrice des ateliers Little io qui permettent aux petits parisiens de découvrir les aventures des grands héros mythologiques, littéraires, historiques ou religieux, en se familiarisant avec l’histoire de l’art.

Les ateliers Little io étant uniquement proposés à Paris, Joséphine Barbereau a cherché un moyen de mettre son contenu à la fois sérieux et ludique à la portée de tous. Grâce à une plateforme web, Little io propose désormais une expérience culturelle inédite mêlant courriers et contenus interactifs autour de tous ses contenus.

Cette expérience débutera avec un kit consacré à Ulysse.

Un kit ? “Oui, comme une pochette surprise à recevoir par la poste. À l’intérieur, pas de confettis ni de bonbons mais de joyeux outils, testés et approuvés par les enfants en ateliers depuis 4 ans, pour découvrir les histoires de nos héros racontées par les œuvres d’artistes, peintres, compositeurs, chorégraphes, cinéastes, etc.”, explique la fondatrice de Little io, par ailleurs éditrice de livres d’art. Des ressources sur papier et sur le web, avec des jeux et des quiz. Une approche multimédia de la culture revisitée avec les technologies d’aujourd’hui.

Pour financer ses kits, Little io a lancé sa campagne sur KissKissBankBank. Vous pouvez soutenir le projet jusqu’au 8 juillet.

 

ShakiZi

ShakiziJ’ai personnellement découvert le projet ShakiZi grâce à une rubrique que tient Marie Perarnau dans l’émission La Maison des Maternelles sur France 5.

Selon ses concepteurs “le ShakiZi® est un objet (dé)connecté, ludique, convivial et évolutif, qui permet aux enfants de 3 à 12 ans d’apprendre en s’amusant, dans une infinité de domaines.”

Imaginez un petit boîtier rigolo, en forme de tétraèdre (sorte de pyramide à base triangulaire) aux pointes colorées, doté d’un écran minimaliste. Via une application mobile, vous lui envoyez un jeu ou des questions de culture générale ou autre… vous le secouez… et zou, la question s’affiche, vous le secouez à nouveau et c’est au tour de la réponse d’apparaître. Une super idée pour réviser ses tables de multiplication ou pour jouer à Pierre-Feuille-Ciseaux en solo, par exemple.

Vous l’aurez compris : dans ”ShakiZi”… il y a shake (secouer) et izi/easy (car son utilisation est simplissime). La terminologie “(dé)connecté” employée par les créateurs de l’objet vient du fait que la connexion Bluetooth Low Energy nécessaire à la transmission d’un jeu ou d’un quiz du téléphone au boîtier ne dure que le temps de transférer la nouvelle activité.

“Grâce à une application smartphone dédiée, on choisit l’une des activités disponibles, avant de la transférer vers le ShakiZi. Cette bibliothèque peut être enrichie à volonté en téléchargeant de nouveaux packs ou encore en créant ses propres quizz et tirages au sort”, peut-on lire sur la page Ulule consacrée au projet.

 

CrocoChess

CrocoChessLe quatrième projet présenté ici est hollandais. CrocoChess a pour ambition d’initier les plus jeunes aux échecs grâce à des accessoires inédits pour un jeu d’échecs : un crocodile, un dé et des “crocoCards”

Grâce à ces compléments ludiques cohérents avec leur univers, les jeunes enfants apprennent à déplacer les pièces sur l’échiquier..

“Les jeunes enfants de 3 à 5 ans ne restent pas concentrés plus de 15 minutes. D’autres parts les enfants de 5 à 7 ans sont démotivés lorsqu’ils jouent contre des adultes car leur chance de gagner est mince. CrocoChess a été développé pour répondre à ces deux problématiques. Deux versions du jeu sont proposées :

– ChrocoChess Junior (3-5 ans) invite les joueurs à atteindre l’autre rive en premier. Mr. Croco, un petit jouet en forme de crocodile rend la partie ludique avec un facteur chance. Les enfants apprennent le mouvement, le roque, la stratégie, les différentes forces et la défense des pièces, avec une partie qui peut durer une quinzaine de minutes.

– ChrocoChess Dice (5-7 ans) permet d’appréhender la notion d’échecs et mat. Un dé est introduit pour ajouter des variations comme sauter un coup, jouer avec les pièces de l’adversaire ou retourner le plateau, avec une durée de partie de l’ordre de 30 minutes.

Bien qu’édité aux Pays-Bas, cette variation du jeu d’échecs dispose de règles disponibles en français.

Pour contribuer et précommander ce jeu, rendez-vous sur Indihttp://8h45.com/idees-shopping/parents-enseignants-nounous-des-idees-innovantes-a-soutenir/2018/06/11/egogo, l’une des deux plateformes américaines plus plus connues (avec Kickstarter).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *