Plume, ou l’art d’utiliser le numérique pour donner le goût de l’écrit aux enfants

Et si les enfants ne restaient plus passifs devant un écran ?

Et si la tablette et l’ordinateur devenaient des outils pour écrire des récits ?

C’est le pari que fait Aude Guéneau, créatrice de Plume, une plateforme d’écriture créative qui invite les enfants à imaginer et à co-construire des histoires.

« Plume est un outil interactif qui propose aux enfants, à partir de 8 ans, de participer à l’écriture d’histoires sur support numérique, précise la fondatrice, professeure de Lettres au collège depuis dix ans. L’enfant choisit un univers thématique adapté à son âge et à son niveau de lecture et d’écriture, puis il sélectionne une histoire parmi celles qui lui sont proposées. Il reçoit ensuite le premier chapitre qu’il doit continuer. Il doit faire évoluer son avatar qui se voit confier des missions qui, toutes, requièrent la production d’un écrit. »

Un exemple ? La rédaction d’une lettre d’excuses peut s’imposer dans le courant de l’histoire afin de débloquer le chapitre suivant. (Mais pas de panique ! Deux ou trois lignes suffisent pour passer à l’étape suivante !).

Chaque mission réussie permet à l’enfant de recevoir une gratification virtuelle.

 

Des enfants motivés !

Et la magie de Plume opère. Les enfants prennent goût à l’écriture et s’améliorent dans la qualité de leurs écrits ! Car, au-delà de donner aux kids l’envie d’écrire, Plume offre à chaque utilisateur une correction de ses textes pour l’aider à progresser.

A la fin de l’histoire, les parents peuvent même demander l’impression de la production de leurs enfants dans un format livret, fort joliment illustré par des professionnels.

Plume logo

“Plume – Chatouillons l’écriture” : un slogan bien trouvé qui valorise le ludique au cœur de l’exercice.

Un concept qui séduit jusque dans les écoles et les cabinets d’orthophonistes ! “Nous avons été sollicités par des professionnels de la rééducation du langage et des enseignants qui souhaitaient avoir la possibilité d’utiliser notre application dans leurs classes. Une offre professionnelle est ainsi en création avec le soutien d’un comité pédagogique composé d’orthophonistes, de psychopédagogues, d’enseignants spécialisés et professeurs de Lettres”, précise Aude Guéneau.

Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a récemment tiré la sonnette d’alarme : “les élèves français développent une faible appétence pour rédiger dans le cadre scolaire, dans toutes les disciplines, et ont des difficultés orthographiques, tout au long de la scolarité obligatoire.”.

Dans son bilan intitulé “Écrire et rédiger : comment guider les élèves dans leurs apprentissages”, l’organisme public note, par ailleurs, que “dès le début de l’école primaire, les activités de lecture l’emportent sur celles d’écriture, les enseignants accordant deux fois moins de temps à l’écriture. Par la suite, en fin de primaire, peu d’enseignants se focalisent sur des activités menant les élèves à réfléchir sur la langue, alors qu’ils développent, presque tous, des pratiques « traditionnelles » (dictée, mémorisation de mots, leçons et exercices d’application, entraînement de conjugaison…). Au moment de corriger les productions écrites des élèves, les enseignants tendent à se concentrer plus sur la forme que sur le fond, particulièrement pour les élèves présentant le plus de difficultés.”

Et si Plume permettait aux enseignants de remettre la rédaction au goût du jour ?

L’application fait en tout cas parler d’elle et figure parmi les grands gagnants du concours La Fabrique Aviva qui récompense des idées entrepreneuriales innovantes.

 

NB : cet article n’est pas sponsorisé. Nous parlons de Plume car il s’agit d’un véritable coup de cœur.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *