Visuel - Fillette lecture livre sexisme journée de la femme

La littérature jeunesse : sexiste ?

Force est de constater que les héros féminins et masculins sont encore, de nos jours, fortement genrés dans la littérature jeunesse.

Les filles sont des princesses habillées de rose, les garçons chassent le dragon.

Princesses-et-chevaliers

Les mamans s’occupent des enfants, les papas réparent des voitures ou rentrent du travail.

Des éditeurs conçoivent même des collections fléchées pour les filles, d’autres pour les garçons… avec des représentations souvent très stéréotypées…

Mon-nom-est-Stilton-Geronimo-Stilton Tea Stilton

Sans oublier ces éditeurs qui croient bon de d’attribuer une thématique à un genre, en oubliant que d’autres enfants peuvent aussi s’y intéresser… Le poney est-il vraiment un sport auquel ne s’intéressent que les filles ?

Mon-cheval-et-moi

Toutefois, tout n’est pas noir
ou rose, ou bleu… 😉

Certains livres mettent en valeur des personnages sans sexisme particulier, d’autres ont pour héros des personnages féminins forts et déterminés, d’autres encore (sans doute plus rares) décrivent des personnages masculins sensibles qui ont des goûts que l’on attribue d’habitude aux filles.

La-catcheuse-et-le-danseur

Et puis les éditeurs proposent désormais des ouvrages qui nous parlent des grands figures féminines de l’Histoire, des Sciences, des Arts ou de la Politique. Celles que l’on connaît bien, comme Marie Curie, et celles que l’on connaît moins car non citées par leurs pairs, non citées dans les livres scolaires ou de références, etc.

Histoires-du-soir-pour-filles-rebelles

Dommage, cependant, que ces livres s’adressent uniquement aux filles. Certes, les filles ont besoin d’exemples féminins inspirants (autres que celles de femmes dépendantes des hommes) pour se projeter et se construire. Pour autant, les garçons n’ont-ils pas également besoin de percevoir l’ensemble des possibles, y compris pour les femmes ?

Une bibliothécaire spécialiste de la question note, pour sa part, que finalement l’offre en littérature jeunesse n’évolue pas tant que cela sur les questions de genre depuis les années 1970 car, à l’époque, il y avait déjà « une production de masse stéréotypée et des albums très intéressants qui mettaient en cause les clichés ». Pour elle, nous restons dans un système où des livres notables sont publiés et recensés alors que, dans l’idéal, la diversité des profils féminins et masculins devrait juste être présente en toile de fond dans l’ensemble de la littérature jeunesse.

Selon nous, c’est également à nous, parents, grands-parents, oncles et tantes, enseignants, nounous, de faire évoluer les choses. Comment ?

  1. en allant à la bibliothèque pour que les enfants puissent choisir eux-même les livres qui les intéressent, sans orienter leur choix,
  2. en lisant des livres de pirates à des filles et des livres avec des danseuses à des garçons si cela les intéresse,
  3. en achetant des romans, albums ou documentaires de qualité sans se demander s’il s’agit d’un bon choix pour une fille ou pour un garçon, et sans s’interroger sur ce que les parents penseront de cette première de couverture rose s’il s’agit d’un livre à offrir à un autre enfant que le sien.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Quelques lectures pour aller plus loin :
Une sélection d’ouvrages antisexistes répertoriés par le blog La mare aux mots, spécialiste de la littérature jeunesse
Un article de Télérama sur Talents Hauts, éditeur jeunesse engagé
Le site de la bibliothécaire citée dans l’article
Un post d’une librairie féministe blogueuse

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *