Courbes de croissance, vaccins, recommandations : tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau carnet de santé

Les carnets de santé n’avaient pas évolué depuis 2006. Ils seront renouvelés à partir du 1er avril. Y figurent désormais les courbes de croissance réévaluées, les 11 vaccins obligatoires et des recommandations nouvelles face à des risques désormais connus.

 

Une croissance évaluée plus finement

Les courbes de croissance françaises figurant dans la version actuelle du carnet de santé dataient de 1979. Etablies à partir des mesures de quelques centaines d’enfants nés dans les années 1950 et suivis jusqu’à l’âge adultes, elles étaient loin d’être à jour !

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a présenté, mardi 6 mars, ses travaux portant sur l’obtention de nouvelles courbes, avec des méthodes nouvelles issues des big data. L’extraction massive de données a ainsi permis de recueillir et d’analyser environ 5 000 000 de mesures de poids, de taille ou de périmètres crâniens, provenant de 261 000 enfants âgés de 0 à 18 ans. Résultat : les enfants français sont globalement plus grands et costauds qu’avant.

“Par exemple, à 10 ans, la médiane de la taille des filles des nouvelles références est de 139,5 cm contre 134,7 cm sur les courbes précédentes, soit quasiment 5 cm”, indique l’Inserm dans son communiqué, précisant toutefois que ces différences se réduisent à la fin de la puberté.

Pour affiner l’interprétation, le carnet de santé 2018 donne, par ailleurs, une « formule de calcul de la taille cible parentale », une valeur de comparaison utile à l’âge de 18 ans, et distingue la croissance selon le sexe avant trois ans, ce qui n’était pas le cas avant.

Le repérage du surpoids et de l’obésité de l’enfant est également au cœur du carnet de santé nouvelle version. A partir de 2 ans, une courbe de corpulence (c’est-à-dire de l’IMC) remplace la courbe de poids.

D’autres changements ont, en outre, été introduits : des courbes de périmètre crânien 0 et 5 ans spécifiques garçon/fille, la représentation de plus nombreux couloirs de croissance afin de mieux suivre les trajectoires individuelles, des indications relatives aux périodes pubertaires normales pour inciter à leur utilisation dans l’interprétation des courbes.

Et « des messages courts au fil des pages visent à sensibiliser parents et médecins à l’importance d’un suivi régulier de la croissance et insistent sur les paramètres devant être pris en compte pour l’interprétation des mesures » concluent les chercheurs dans le communiqué de l’Inserm.

 

11 vaccins désormais obligatoires

Le calendrier de vaccination est l’autre principal changement de ce carnet de santé nouvelle génération. Pour les enfants nés cette année, 11 vaccins sont demandés contre seulement trois auparavant. Comme le rappelle le ministère de la Santé dans son communiqué, “chez les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’Haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C, la rougeole, les oreillons et la rubéole sont obligatoires.” Dix injections seront reçues avant deux ans.

 

Des messages de prévention enrichis et actualisés pour tenir compte de risques aujourd’hui identifiés

Le carnet de santé 2018 liste de nombreux conseils. Il recommande, par exemple, de ne pas ajouter de tour de lit et de faire dormir le bébé dans la chambre de ses parents pendant les six premiers mois au minimum, si cela est possible.

Si le bébé n’est pas nourri au sein, les parents sont invités à utiliser des biberons garantis sans bisphénol A, en priorité en verre.

L’exposition aux écrans est également évoquée. Le carnet indique qu’il convient de limiter la présence d’un enfant de moins de trois ans devant un écran de télévision allumée même s’il ne la regarde pas. Et d’ajouter : “quel que soit son âge, évitez de mettre un téléviseur dans la chambre où il dort ; ne lui donnez pas de tablette ou de smartphone pour le calmer, ni pendant ses repas, ni avant son sommeil ; ne lui faites pas utiliser de casque audio ou d’écouteurs pour le calmer ou l’endormir”.

Dans son communiqué, le ministère de la Santé, relève par ailleurs que “certains allergènes et produits chimiques présents dans l’environnement quotidien sont potentiellement toxiques pour les bébés. Des recommandations permettant de limiter les risques sur la santé ont donc été ajoutées par rapport à l’édition de 2006 : aérer le domicile 10 minutes chaque jour, réduire le nombre de produits d’entretien et préférer les produits à composant unique, ne pas utiliser de parfums d’intérieur, d’encens ni de bougies, utiliser des jouets et articles de puériculture homologués CE ou NF et éviter l’utilisation de produits cosmétiques dans les 1ers mois, tant pour le bébé que pour ses parents.”

De plus, pour prévenir le syndrome du bébé secoué, des conseils sont donnés aux parents pour réagir face aux pleurs de leur enfant. Avec un rappel : “secouer un bébé peut le laisser handicapé à vie.”

 

Carnet de santé 2018Pour télécharger le carnet de santé 2018 :
http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/carnet_de_sante-num-.pdf

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *